27 avril 2013

Faire vivre l'Argot parisien

Pourquoi créer un blog pour aider à faire vivre ou revivre l'Argot parisien? Cette idée, m'est venue en souvenir de ceux que j'ai côtoyés dans mon enfance, à l'usine de Saint Maur (94), dans les Halles de Paris, à la Villette, à Rungis.

Souvent des gens du peuple, modestes, communiquaient ensemble en argot ou dans différents dialectes proches de l'argot! Mais, comme le rap, verlan, voire le créole, ces langues et langages ont été créés par des corporations, communautés,... comme "expressions identitaires" dirons nous aujourd'hui!

A l'époque où il était très parlé, l'argot parisien était un peu comme le contrepoint des langues régionales et, peut-être surtout, rendait leur langage incompréhenssible au bourgeois des beaux quartiers!

Quand les bretons, alsaciens, auvergnats, savoyards, occitans, basques, ch'tis... montaient à Paris ils se heurtaient à l'argot, au grand plaisir des parisiens. Grâce (ou à cause de) la Grande guerre de 1914-1918, beaucoup l'ont appris dans les tranchées, il est devenu petit à petit le dialecte des poilus!

Pour parler de l'argent, ce sont des centaines de mots différents selon les époques et ceux qui en parlaient à l'usine, au café, dans les commerces, sur les marchés, au bureau, dans les banques, etc....Bruant en a déniché 77, Doillon 250!

Ainsi que des expressions comme:

- Être argenté comme une cuiller de bois;

- Être de la courtille;

- La maison Fauchmann et Cie;

- Becter à la table qui recule;

- Manger des briques à la sauce cailloux;

- De la rouelle n'avoir que le trou:

- Coucher à l'neigne de trois moineaux.....

Si cette démarche vous intéresse, n'hésitez pas à ajouter vos commentaires et/ou apporter vos contributions!

Michel

 


Commentaires sur Faire vivre l'Argot parisien

    Bonjour Michel,
    Je découvre avec plaisir votre blog ce matin ! Vous comptez dorénavant un lecteur de plus.
    Bonne journée et à la revoyure

    Posté par Jean Daron, 28 février 2013 à 08:49 | | Répondre
    • Salut mon nouveau poteau! Grand merci pour ce soutien! J'essaierai de mériter cet hommage!
      Bonne journée et à bientôt pour d'autres aventures!

      Posté par ami entends tu, 28 février 2013 à 12:07 | | Répondre
  • J'me fais pas de bile ! J'ai tout de suite entravé que j'avais affaire à un cador en largonji!
    A bientôt

    Posté par ligodu75, 05 mars 2013 à 13:35 | | Répondre
  • Bonjour Michel,
    Et bien voilà, j'ai trouvé la réponse à ma question: vous êtes un vrai parigot ! En parlant de St maur, on y entend encore l'accent parisien par ci par là, mais c'est de plus en rare, bien sûr...Je mets votre blog dans mes favoris, et je vais prendre le temps de le feuilleter...
    Merci pour votre blog, en tout cas

    Posté par Garance, 06 mars 2014 à 16:31 | | Répondre
  • D'un Québécois...

    J'ai grandi avec les films noir et blanc de Ventura, Constantine, Gabin, Simon, Fernandel, Bourvil... et l'argot.

    J'ai toujours «trippé» sur les expressions colorées, les accents, la «parlure», et «jaspiner l'jar».

    Un exemple de merveilleux «argot» parisien sera toujours, pour moi, la tirade de Michel Simon à l'auteur Russe qui prétend «jaspiner l'jar», dans le film «L'impossible monsieur Pipelet».

    Si jamais, quelqu'un peut me traduire en français cette tirade... je n'e l'ai pas encore entièrement comprise...

    Allez, bonne continuation. (celle-là, je sais pas d'où elle vient...).

    Posté par Kebek, 09 août 2014 à 05:37 | | Répondre
Nouveau commentaire